• Ressources humaines
  • Finances
  • Importation
  • Exportation
  • Innovation
  • Marketing
 

Accueil  suit  Investir au Québec  suit  Environnement d'affaires

Environnement d'affaires

L’environnement d’affaires du Québec est très dynamique. Grâce aux avantages fiscaux et aux conditions avantageuses liées à l’exportation de biens et de services qui y sont offerts, le Québec présente des marchés divers et joue un rôle d’envergure internationale dans plusieurs secteurs de pointe. Le taux d’imposition sur les bénéfices commerciaux qui y est fixé figure d’ailleurs parmi les moins élevés en Amérique du Nord.

Le Québec bénéficie également d’accords commerciaux avec d’importants partenaires économiques, ce qui le positionne avantageusement sur la scène mondiale. De plus, sa main-d’œuvre ainsi que son réseau de recherche et de développement des entreprises se classent parmi les meilleurs au monde.

 

Accords commerciaux 


Le Québec fait partie de l’Organisation mondiale du commerce. Il se positionne stratégiquement sur les marchés internationaux grâce aux nombreux accords commerciaux conclus par le Canada, dont l'Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l’Union européenne (UE) et l'Accord États-Unis–Mexique–Canada (AEUMC). Des accords ont été signés également avec quelques autres pays, notamment la Corée du Sud et l’Inde.

En plus de rendre l’ensemble des marchés plus accessibles et de contribuer à l’augmentation du volume des échanges, ces accords permettent aux entreprises de réaliser des économies d’échelle et de favoriser l’innovation et la création de richesse.
 

Capital de risque 


Le Québec est un lieu judicieux où établir votre entreprise si vous désirez inviter des investisseurs potentiels à injecter du capital de risque dans votre entreprise.

En 2016, le Québec était au deuxième rang en ce qui concerne le total des investissements en capital de risque au Canada attirant près de 30 % de ces investissements. Par ailleurs, la ville de Montréal était la deuxième ville canadienne où le plus d'investissements en capital de risque ont été faits. 

Les investissements dans le secteur des technologies de l’information ont alors connu une forte progression. On y a consacré 42 % des sommes totales investies en capital de risque.
 

Coûts d’exploitation 


Au Québec, vous pouvez augmenter votre compétitivité à l’échelle internationale, les coûts d’exploitation figurant parmi les plus concurrentiels en Amérique du Nord. En effet,

  • le coût de la main-d’œuvre y est très avantageux; il est 34 % moins élevé qu’aux États-Unis;
  • le coût annuel de location des bureaux y est 51 % moins élevés qu’aux États-Unis; il est aussi moins élevé qu'ailleurs au Canada, qu'en Italie et qu'en Allemagne;
  • la tarification liée à l'énergie y est parmi les plus stables en Amérique du Nord; elle est aussi parmi les moins élevés dans les pays du G7.

De plus, plusieurs incitatifs à l’investissement vous sont offerts pour réduire vos coûts d’exploitation.

Selon l’étude comparative Choix concurrentiels 2016 (en anglais seulement) menée par KPMG, qui porte sur les coûts de démarrage et d’exploitation des entreprises des villes nord-américaines, les villes de la province se classent parmi les plus avantageuses pour l’établissement d’une entreprise.
 

Exportation 


Le Québec possède une structure industrielle évolutive qui le place au diapason des tendances mondiales ayant trait aux conditions favorables à l’exportation. Près de 70 % des exportations du Québec à l’international sont destinées aux États-Unis.

Vous trouverez de l’information sur l’exportation dans notre section Exportation et dans le site d’Export Québec.
 

Fiscalité 


La structure fiscale québécoise est l’une des plus concurrentielles au monde. Le taux d’imposition de base au Québec (26,8 % en 2017) baissera graduellement jusqu’en 2020. Un faible taux d'imposition favorise la création et l’exploitation d’entreprises en sol québécois, notamment dans le secteur manufacturier. Les régimes d’imposition canadien et québécois prévoient par ailleurs des crédits pour les impôts étrangers payés.

Pour obtenir plus d’information, consultez le document La fiscalité au Québec, édition 2018 (PDF, 1,8 Mo).
 

Réseau de transport 


Le Québec s’est doté d’un réseau de transport qui en fait une plaque tournante des Amériques.
 

Transport aérien

Le Québec compte 3 aéroports internationaux et 82 aéroports régionaux. On y trouve également 45 transporteurs aériens qui mènent chaque semaine passagers et marchandises vers quelque 140 destinations intérieures et internationales.
 

Transport ferroviaire

Le Québec compte sur un réseau ferroviaire qui le relie au grand réseau nord-américain. Des trains de conteneurs se dirigent vers les grandes villes grâce à un réseau de 36 terminaux intermodaux spécialisés. Les infrastructures ferroviaires situées au Québec appartiennent majoritairement à deux grandes compagnies ferroviaires canadiennes :

  • le Canadien National (CN), qui a des infrastructures sur une bonne partie du territoire québécois et du territoire canadien;
  • le Canadien Pacifique (CP), qui a des infrastructures uniquement dans la grande région montréalaise, lesquelles donnent accès aux grands centres urbains.
     

Transport maritime

Situé aux abords du fleuve Saint-Laurent, une des plus grandes voies navigables de la planète, le port de Montréal est l’un des plus importants au monde. Il est notamment le plus grand port à conteneurs de l’est du Canada. Annuellement, environ 110 millions de tonnes de marchandises sont transbordées dans les ports du Québec.
 

Transport routier

Le réseau routier du Québec comprend environ 185 000 km de routes et plusieurs postes frontaliers offrant un accès direct à de grandes villes américaines. Son étendue et ses accès vers les États-Unis facilitent le déplacement des personnes et le transport des marchandises, ce qui contribue à l’efficacité des entreprises. Un poste frontalier est situé à seulement 45 minutes de Montréal.

 

Main-d’œuvre 


On trouve au Québec un des plus grands bassins de main-d’œuvre formée et qualifiée au Canada. L’un des meilleurs taux de scolarisation et de diplomation des pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques y est observé. Montréal, la métropole, présente le plus important bassin de nouveaux diplômés au Canada. La main-d'œuvre en recherche et développement (R-D) industrielle au Canada se trouve par ailleurs au Québec dans une proportion de 31 %.

 

Milieu financier 


Le Québec s’est doté d’une solide infrastructure d’encadrement en matière de réglementation, de surveillance et d’indemnisation afin d’assurer la stabilité, la croissance et la compétitivité de ses institutions financières. De nombreuses institutions financières stables et compétitives sur le marché mondial vous offrent leur gamme de produits et de services aux investisseurs.
 

Innovation et recherche-développement 


Le Québec accorde une grande importance aux projets de recherche et développement (R-D). En effet, 29 % des dépenses canadiennes en R-D industrielle sont engagées au Québec. Le réseau québécois de recherche compte de nombreux centres d’excellence qui contribuent à la création de produits et services innovateurs. 

Que les centres d’excellence soient privés ou publics, leur travail se fait en partenariat étroit avec les entreprises privées. Ces centres collaborent notamment à l’avancement des travaux faits dans les principaux secteurs d’activité du Québec.

Les activités de R-D réalisées au Québec sont admissibles à certains crédits d’impôt. Plusieurs entreprises du Québec ont choisi de former des consortiums de recherche précompétitive et le Québec les y encourage en les faisant bénéficier d’une mesure fiscale des plus avantageuses à l’échelle mondiale.

Haut de la page.

  • Vous nous avez déjà communiqué votre appréciation. Merci.





Êtes-vous satisfait de l'information trouvée?






Que pouvons-nous faire pour améliorer cette page?


 

Avis aux personnes handicapées : Ce site peut comporter des obstacles à l'accessibilité. Vous pouvez obtenir de l'aide en communiquant avec nous.

Infolettre.     Facebook.      Twitter.   Youtube.